Autorité et Pédagogie. De quelques paradoxes éducatifs

Classé dans : Education, Ethique | 0

CHIFFLOT Martine, Autorité et Pédagogie. De quelques paradoxes éducatifs, Saint-Denis, éd. Connaissances et Savoirs, coll. « Histoire de la philosophie », 2018.

Professeure agrégée honoraire de philosophie à l’Université Lyon 1, l’auteure partage la synthèse d’une carrière de pédagogue et de formatrice des enseignants. Ce « texte qui ne manque pas de qualités » (p. 8) bénéficie d’une préface de Marie-Jo THIEL. C’est un ouvrage dense qui nous appelle à croître et à faire grandir. La richesse de ce travail est de n’être pas un traité de didactique ou de pédagogie mais, en philosophe, de définir, distinguer, articuler pour que l’esprit s’en trouve outillé, assaini ou revivifié.

Parcourant quatre degrés, ce livre nous invite d’abord à méditer la relation pédagogique qui est mission d’instruire par un tiers garant et relation éducative entre un enseignant et un élève. La condition de possibilité de cette relation particulière est une autorité bien comprise. Autorité essentielle mais fragile dont l’auteure analyse la nature, les champs, les fondements de cette relation et de ses mises en acte. Ici comme dans l’ensemble de ce travail, Martine CHIFFLOT assume les dimensions parentale, magistrale, politique et même religieuse de l’éducation. Des vertus désordonnées et décrépites peuvent faire obstacle à l’autorité et la relation pédagogique, c’est pourquoi l’auteure s’attarde sur la raison de l’amour. Débat classique entre enseignant : faut-il aimer ses élèves ? Un précieux parcours jalonné de KANT, FREUD et BUBER notamment, nous fait mieux comprendre pourquoi l’amour est requis et comment « l’amour pédagogique […] est, au contraire, une orientation morale » (p. 115). Une ascèse est en jeu qui porte à l’ascension. Car il faut encore contempler le lumineux objet du désir : le savoir. A notre avis, le sublime de cette partie est de pousser la théorie des idées au-delà du savoir et de la connaissance académique pour rappeler au pédagogue la fin morale de l’Homme. Cette orientation nous paraît pouvoir être résumé ainsi : « Amour et vérité se rencontrent » (Ps 84, 11).

« La relation d’autorité […] s’établit sur un terrain moral » (p. 89) écrit Martine CHIFFLOT. Si l’éthique n’est pas la trame de cet ouvrage, elle en est l’un des fils de chaîne. Elle est abordée davantage comme une fin qu’en ses moyens car il est davantage question de morale fondamentale ; l’auteure traite de déontologie dans d’autres de ces ouvrages.

Ouvrage : https://www.connaissances-savoirs.com/autorite-et-pedagogie-martine-chifflot.html/

Paru le 1er mars 2019 dans la Lettre du CEERE (Centre Européen d’Enseignement et de Recherche en Ethique), n°127.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *