Pèleriner

Classé dans : Spiritualité | 0

Jeudi, vendredi et samedi dernier, nous pèlerinions sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle : notre chef d’établissement, notre aumônier, un collègue et moi. Nous poursuivions ainsi une démarche entreprise l’an passé avec d’autres collègues : notre prélude à une nouvelle année scolaire pour le Collège épiscopal Saint Etienne.

Redevenir pèlerin c’est se rappeler le sens de notre vie. La vie chrétienne est sequela Christi (suite du Christ). Redevenir pèlerin c’est tout à la fois organiser un chemin et accepter de se laisser dérouter par ce qui nous sera donné ou non. Une image de notre année scolaire et de nos vies pleines de projet, d’inattendus et donc d’aventures.


Et si ce qui nous déroute n’est pas seulement un imprévu mais un don : qui donne ? La Providence ? Nous le croyons. Et il faut nous convertir -ce retournement par lequel l’homme s’ouvre à plus grand que lui-même- et nous remémorer que chaque élève, chaque personne nous est comme « donné » c’est-à-dire confié par Dieu. « Est-ce que je suis, moi, le gardien de mon frère ? » (Gn 4, 9) ose répondre Caïn à Dieu après avoir assassiné Abel… Nous laisserons-nous dérouter par le Christ pour apprendre à connaître, aimer et servir chacun ? Je l’espère. Serais-je à mon tour un don de Dieu pour autrui qui peut-être le confortera sur ou le déroutera vers la sequela Christi ? Je l’espère également.

Ce voyage sacré, même modeste, est propre à réveiller nos enthousiasmes. Cela est bon. La peine, l’effort, les courbatures… nous rappellent qu’il faudra aller au-delà de l’enthousiasme pour se donner davantage et s’inscrire dans la durée. Il nous faudra des moyens. Poursuivre cette vie de prière et de sacrements dans laquelle nous nous sommes immergés plus profondément par l’eucharistie, la liturgie des heures, le chapelet. D’autres moyens encore…

La Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique d’Alsace dans son Référentiel pour l’enseignement religieux dans les classes de collège de nos établissements catholiques d’enseignement demande que les pèlerinages soient abordés au moins à deux reprises. En cinquième la séquence « Jésus au cœur de la foi des chrétiens » dans une partie intitulée « Jésus en son temps » a pour objectif que l’élève soit capable de connaître le monde dans lequel vit Jésus. Notamment les pèlerinages juifs qu’a vécu régulièrement Jésus ; une occasion de connaître différents aspects du judaïsme au temps de Jésus et donc de travailler sur les représentations du monde et de l’activité humaine. En troisième, la séquence « La quête de Dieu » dans sa partie intitulée « Qu’est-ce qu’un croyant chrétien ? Ce qu’il vit dans sa relation à Dieu. » a pour objectif que l’élève soit capable de connaître les principales pratiques religieuses, notamment le pèlerinage et quelques-uns de ses lieux sacrés en Alsace, en France et à l’international.

Pèleriner c’est donc éprouvé à nouveau en notre chair ce que nous enseignons. Ainsi notre savoir n’est pas seulement issu de nos études mais aussi de notre vie. Plus important encore, notre témoignage n’est pas seulement une archive ou un exotisme mais plus profondément une relation.

Pèlerinage Notre-Dame de Dusenbach
Pèlerinage Notre-Dame de Dusenbach.
(c) Marc SPITZER, 2018.

Notre-Dame de Dusenbach, Ribeauvillé… j’y étais encore cet été ! Lourdes, Rome… J’y fus. Vézelay, le Puy-en-Velay, Rocamadour… sont sur le camino (le chemin vers Saint-Jacques) ; Chartres, Jérusalem… : j’ai l’espoir d’y passer durant mon pèlerinage terrestre. Et pourquoi pas partager certains de ces temps avec des élèves ? La proposition leur en sera faite.

Accomplir cette démarche c’est allé au fond de soi : interior intimo meo (à l’intérieur de mon intimité), là où Dieu est présent comme en témoigne Saint Augustin dans ses Confessions (III, 6, 11).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *